Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 00:03
SCENES FAMILIERES
2  SCENES FAMILIERES agrandir

Gustave Barbichon:Printemps au parc de Galland,aquarelle

Comme la terrasse fut également office de jardin,les pots de fleurs,jasmins,oeillets,roses ou géraniums exhaltent leurs parfums mêlés à ceux des plantes aromatiques,menthes,basilic ou coriandre

André Suréda,peintre du rêve autant qu'observateur des moeurs,évoqua avec sa poésie habituelle une vie hors du temps.Son "couple sur la terrasse" semblait surgi des Mille et une Nuit

Certains tableaux évoquaient également les travaux domestiques.Eugène Fromentin representa une occupation importante dévolue aux hommes:le chaulage qui était de tradition d'effectuer une fois l'an pour conserver la blancheur de la ville. Symphonie des blancs,de gris,et d'ocres, sur les bleus à peine démarqués l'un de l'autre de la mer et du ciel. Mais aussi description tres fidèle de l'architectur typique, où l'on remarque avec les coupoles et les pieces d'appoint exterieure,petite mais irremplaçable,le "minzah",qui permet de dormir ou de se reposer dans un espace aéré.Ce minzah comporte souvent des placards décorés et une haute plinthe de faience le long des murs d'adossement."Il sera garni de matelas,coussins,tapis et tentures,séjour délicieux,on l'offre aux jeunes mariés pour leurs noces et leur lune de miel"

Sur la terrasse ,on fait secher le linge,mais aussi les fruits et les piments que l'on consommera secs l'hiver venu,et encore les courges qui fourniront la "lofah" pour le bain.On aime également preparer les éléments des repas et les faire cuire sur les petits kanouns de terre réfractaire

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 23:58
LE DOMAINE DES FEMMES
1      LE DOMAINE DES FEMMES agrandir

Emile Deckers :Le café sur la terrasse.Alger 1934 ,huile sur toile

Dans la journée ces terrasses sont avant tout le domaine des femmes .Elles y puisent "leur part de rêverie et d'espérance",en contemplant du haut de cet observatoire stratégique l'arrivée des vaisseaux aux temps des corsaires ,celle des paquebots ,plus tard Ketty Carré illustra mutuellement ce thème de l'attente

Sur les terrasses,les Algéroises se distraient avec leurs parents et leurs voisines ,lorsque la chaleur décline ,pour bavarder se delasser,prendre café,thé ou rafraîchissemen,tout en grignotant les délicieuses pâtisseries orientales exposées sur des plateaux de cuivre qui garnissent les tables basses polygonales ,les traditionnelles "meidas" en bois de cèdre.Du moins,c'est l'image qu'ont voulu retenir les artistes orientalistes du xixème siecle .Ils imaginèrent des poses alanguies et representèrent avec complaisance les femmes allongées sur le tapis qui font la richesse de leurs demeures,un coude replié sous leur tête rêveuse?Oisives,où dévolues à leur feminité,tissage ,broderie,prépartion des aliments et autres tâches...

Quel plaisir que de peindre ces femmes aux costumes chatoyants ,qui ont peu varié au fil du temps ;sarouals,longues vestes à basques,ou caracos à la taille, foulards,brillants dans les cheveux ou autour des reins ,autant de pretextes offerts à l'artiste pour exercer son habilité à restituer les matières et les couleurs

Dans toutes ces interpretations se retrouvaient les caractéristiques propres à toutes les terrasses de villas anciennes d'Alger :l'ouverture au-dessus du patio ,les coupoles donnant le jour à l'interieur ,et le sol de tomettes rouges specialement fabriquées en Provence,conçues por absorber la lumière et rester fraîches aux pieds sous le soleil le plus ardent

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 23:28
LES TERRASSES Où IL FAIT BON VIVRE
LES TERRASSES Où IL FAIT BON VIVRE agrandir

Jean Eugène Bersier:port d'Alger ,ville d'Ager gouache sur carton

Les terrasses sont omniprésentes à Alger,où le rôle de vie est essentiel,dans le Maghreb,même elle fait exception.Tous les voyageurs s'en étonnèrent d'où la citation de Théophile Gautier"Rien n'est étrange comme cette superposition de terrasses couleurs de craie;on dirait une carrière de moellons à ciel ouvert,un immense tas de pains de blanc d'Espagne"

La construction fut déterminée par le site des collines,par la protection de la cité à l'interieur des remparts mais aussi par le mode de vie traditionnel musulman. Dans ces maisons sans fenêtres et balcons ,ne reçoivent le jour à l'interieur que par l'ouverture du patio central inspiré des traditions aussi bien arabo-andalouse que romaine,la terrasse apportait aux femmes confinées une possibilité de séjour à l'extérieur en toute liberté.Toutes les habitations se rejoignant plus ou moins en hauteur ,la surface des terrasses juxtaposées se trouvait parallèle à celle du sol,et fournissait une sorte de second réseau de circulation ,une promenade pour les femmes.Emmanuel d'Arcauda relata en 1656,"Il n'y a point de maisons de laquelle on ne puisse voir toutes les autres ,de quelque part que l'on tourne les yeux ,quand on est sur les terrasses d'icelles dont elles sont couvertes .Elles jouissent aussi toutes de plaisir de pouvoir porter la vue en mer jusqu'à la circonférence de la sphère" Au matin la cité étant orientée vers l'Est ,le lever du soleil sur la mer offre le plus beau des spectacles

Le climat favorisa le rôle social de cette "cité aérienne"En absence de jardins, les uns et les autres eurent la possibilité de se retrouver à l'air libre et de jouir des moments de farîcheur autant que de la vue

La grâce toute spéciale des terrasses du vieil Alger vient enfin de leurs ornements:les dômes qui coiffent les salles à coupoles et le haut des escaliers,les parpets protecteurs,et surtout les merlons des cheminées." Ces merlons en forme de piques,ces cylindres de poterie terminés en bulbes à jour"que l'on voit avec precision dans le delicieux tableau d'Emmanuel Laurot et dans celui de Julees Alexis Meunier

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 23:22
4 CHASSEURS
4  CHASSEURS agrandir

Horace Vernet:la chasse au sanglier,huile sur toile

Horace Vernet,qui avait acquis dans la Mitidja des terres où il guettait le gibier d'eauuavec son ami le colonel Yusuf,executa en connaisseur plusieurs grandes scènes de chasses en Algérie.Reproduites en gravures par Jazet,elles influencèrent plusieurs peintres.Avec la "chasse aux lions dans le desert",il démontra sa grande virtuosité en entremêlant dans une lutte à mort les chasseurs ,leurs serviteurs et leurs montures aux fauves rugissants

Les chasses de Fromentin sont célèbres "la chasse à la gazelle dans le Hodna" ,date en 1856,"la chasse au héron" en 1865.Les plus connues sont sans doute "la chasse au faucon en Algérie "du Louvre ,peinte en 1862 et Curée,qui fut acquise au salon de 1863 pae le musée du Luxembourg.

"Les orientalistes,ont presque tous vu ce pays grandiose par le petit côté ,avec l'oeil d'une demoiselle" Henri Rousseau

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 23:15
3 FËTES ET FANTASIAS
3   FËTES ET FANTASIAS agrandir

Henri Rousseau:La chasse au lévriers,hauts plateaux d'Algerie

Eugène Fromentin peignit sur une toile se trouvant au musée de Poitiers,lui valut ce commentaire de Gautier:"M.Eugène Fromentin a décidémet pris la tête de la caravane orientale...Comme il y va,comme il se precipita dans le tourbillon de la fantasia!Sa peinture a l'éblouissement rapide de la chasse entrevue au galop,la spontanéité du premier coup d'oeil fixé sur la toile,le mouvement de la photographie instantanée"

Pour les courses hippiques ou de Carrousels organisées à Alger se déroulaient généralemet le long des plages de l'Agha ,sur le Champ de Manoeuvre ou à Maison Carré;ce fut le cas pour celle offerte à Napoléon 3 lors de son séjour en 1860.Des chasses à l'autruche ,à la gazelle,à l'outarde avec faucon complèterent le programme de reception de l'empereur et de l'impératrice Eugénie.Gustave-Adolphe Lundt et Isidore Pils ,dont le musée d'Alger conserve plusieurs aquarelles de cavaliers arabes executées en 1861,immortalisèrent ces évènements

Alfred Chataud se confronta à "une fantasia en Kabylie",une oeuvre de format exceptionnelle chez lui.Il préféra montrer les foules de speculateurs dispersés sur un cirque de collines ,étendards déployés .,plutôt que de s'attaquer au tourbillon des chevaux.La reussite de ses recherches de lumière ,certaine dans le ciel nuageux et dans la blancheur des formes fluides éclairées par le soleil,est cependant moins évidente dans le contre-jour du premier plan,noirci par le vieillissement du bitume

En 1925 le Belge Gustave Flasschoer étudie les coutumes et les moeurs pendant plus de dix ans,il vint régulièrement à Alger exposer ses fantasias et ses cavaliers Nord-Africains

En 1934 Paul Leroy presentait au salon une oeuvre intitulée Fantasia à pied où l'on voyait un groupe de guerriers executer une danse martiale

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 23:10
CAVALIERS ET CHEVAUX
2 CAVALIERS ET CHEVAUX agrandir

Alfred Chataud:une fantasia en Kabylie,huile sue toile

Delacroix fut un percurseur en tout .Il rapporta du Maroc une moisson d'images de cavaliers et de chevaux arabes.La plupart des scènes qu'il peignit representant des combats entre chevaux agressés par des fauves ,ou bien s'affrontant entre eux.Des échauffourées de tribus aussi, comme ce "combat d'arabes dans les montagnes"

La passion de Chassériau pour les chevaux arabes fut égale à celle de Delacroix. Gautier le rapprochait d'ailleurs de Delacroix pour son art de les representer:"Leurs jambes fines,leurs jarrets nerveux,leurs têtes sèches aux naseaux palpitants,leurs yeux pleins de flamme,leur col veiné,leurs crinières semblables à des chevelures de femmes,montrent que M. Chassériau sait faire un cheval,qualité rare parmi les peintres d'histoire et qui possède seul au même degré M.Eugène Delacroix."Mais il s'attache davantage à évoquer des scènes de vie paisible,illustrant les moeurs du pays.Plutôt que la violence des combats,il semble avoir préféré"rendre cette qualité sereine,cette noblesse naturelle,cette magnifique impassibilité qui caractérisent les peuples de l"Islam",et ses cavaliers sont plus à l'arrêt qu'à l'action

Fromentin présenta les chevaux sans cavaliers ,pour le plaisir de les peindre tels qu'il les décrivait dans ses livres:"Couleur de roseau ces chevaux écarlates comme le sang d'une première blessure ",et les blancs"Couleur de neige,et les alezans couleur d'or fin"

Victor Hugo excellent paysagiste,il se servit alternativement des lits d'oueds,de ravins sauvages

Les cavaliers en arme de Georges Washington se retrouvaient souvent du bord de l'oued pour aboeuver leur monture .Dans d'autres séries plus brillantes ,il choisissait des décors importants,gorges,défilés ou marécages pour décrire en gros plans les chefs et leurs porte-étendards sur leurs nobles chevaux

Adolf Shreyer préféra les personnages en groupes restreints et isolés.Il excellait à rendre les rouges des vêtrements et les rouges des harnachements,le vert des étendards contre les bruns de la terre et des roches et restituer avec virtualité le nacre de la robe des chevaux et le blanc des burnous

A la période moderne Louis Antoni en brossa plusieurs versions pour le décor du Palais d'Eté du gouvernement d'Alger:"son cavalier sortait de l'oued"

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 22:54
2 scènes musulmanes
2      scènes musulmanes agrandir

Paul Leroy:le vendredi à Sidi Abderrahmane ,huile sur toile

Quelques artistes purent pénétrer plus avant,et Théodore Chassériau eut la possibilité de dessiner "l'école arabe",lorsqu'en dehors des heures de grande prière dans la mosquée,le maître dispense l'enseignement religieux aux jeunes enfants.Il réussit à peindre les séances de lecture ou d'enseignement du Coran,ainsi qu'une assemblée de fidèles participant à" la prière du soir à Sidi Abderrahmane"

Pour Etienne Dinet qui,on le sait,embrassa la religion musulmane ,il fut facile d'illustrer la foi qu'il professait.Dressant une sorte de bilan de son oeuvre à son retour du pélerinage à la Mecque ,peu de temps avant de mourir,il écrivait:"Depuis quatre ans ,j'ai fixé les choses que la civilisation détruit peu à peu implacablement[...]j'ai terminé ce que je pouvais dire sur les enfants,les batailles,les amoureux,les scènes de la vie nomades,et j'avais commencé les scènes religieuses..."Ces scènes dépassent le nombre de soixante- dix sur les trois cent soixante environ que recense l'importante monographie qui lui a été consacrée.Elles represente les moments de ferveur individuelle ou collective,la prière dans le desert comme la procession de la nuit du Mouloud,les rites culturels comme les manifestations populaires,l'attente de l'apparition du croissant de lune annonçant la rupture du jeûne,mais aussi les moments de fête de nuits de Ramadhan,le départ de pèlerins et l'apprentissage studieux des enfants de l'école coranique.

Dinet peintre" musulman français"désirait ardemment contribuer au rapprochement des deux communautés.Mettant son art au service de sa ferveur religieuse,il s'est senti proche de la terre qu'il avait choisie et de ce "mélange de contemplation et de croyances"qui la caractérise,selon les termes de François Pouillon,éminent spécialiste du monde arabe

C'est à Mohammed Racim,encore tout jeuune enlumineux,que Dinet confia l'ornementation de sa Vie de Mahommet(pbsl),amorçant ainsi une belle carrière artistique.En revisitant par l'étude d'autres traditions picturales,l'art de la miniature persane diffusé à Alger par les Ottomans de la Régence,Racim réussit à créer un style de peinture résolument algérien.Son oeuvre comporte,à vrai dire,peu de témoignages de mysticisme et les scènes religieuses y sont moins nombreuses que les évocations de la vie tumultueuse des corsaires barbaresques ou des jardins enchantés du Viei.l Alger.Un tres bel interieur de mosquée,synthèse de plusieurs scènes de dévotion masculine et féminine,represente sans doute sa plus grande réussite dans le domaine de l'illustration de la religion

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 22:50
Mosquée Sidi Abderrahmane
Mosquée  Sidi Abderrahmane agrandir

Alfred Chataud:La lecture du Coran,huile sur toile

Avec ses multiples visages,la zaouia de Sidi Abderrahmane El Thaalibi fut particulièrement prisée par les écrivains ,les poètes et les peintres occidentaux.Isabelle Eberhardt,Eugène Fromentin,tant d'autres ,la considéraient comme le plus bel endroit d'Alger et venaient y chercher la paix.Auparavant,les gravures anciennes,et les oeuvres naives de l'art populaire avaient diffusé l'image de ses bâtiments colorés.Elle abrite depuis 1471,la Kouba de Sidi Abderrahmane,lettré philosophe et théologien,auteur de savants commentaires du Coran et d'une règle en vers pour la confrérie religieuse qu'il fonda.Selon la légende rapportée par Pierre Boyer,ce pédagogue ,étant capable de faire la classe à mille garçons le matin,et à mille filles le soir

La mosquée construite en 1696,sur l'emplacement du tombeau du vénéré docteur de la foi,fut flanqué d'un haut minaret carré,reconnaissable de tres loin,à sa quadruple rangée d'arcatures encadrees de bandeaux de faiences de Perse et de Rhodes.Il se dresse au-dessus d'une petite construction ornée d'un auvent de bois de cèdre,et la juxtaposition de ces deux architectures agrémentées de verdure fournit le sujet des centaines de tableaux.Un tres haut palmier porté par un tronc grêle et incliné plante une sorte d'aigrette un peu plus loin.Une quantité de bâtiments annexes,notamment des tombes de personnages celèbres comme Mustapha Pacha,dey de Constantine,ou encore Sidi Mansour,l'ermite de la porte Bab Azoun,et Ouali Dada,qui fut vainqueur de Charles Quint,s'étagent dans de minuscules jardins grillagés agrippés au flanc de la colline.Le petit cimetière sur une terrasse exigue abrite des tombes revêtues de faiences bleues.

Au xixème siècle ,l'ensemble se trouvait encore à l'exterieur des remparts d'El Djazair,vers le bas de la cité,séparé d'un mur d'enceinte par un étroit chemin ,dont il fallait gravir la forte pente en gradins pour pénétrer par la porte principale ornée de zelliges et de claustras.

Auguste Renoir a peint ce chemin bordé de plantes folles,comme l'avait fait quelques années avant lui le Lyonnais Saint -Cyr Giriest

Sidi Abderrahmane repose dans une salle sépulcrate,dont n'a pu dire"qu'elle était plus un boudoir qu'une mosquée",les jours où les femmes viennent y demander la protection du Saint.La magnifique châsse de bois multicolores de confreries religieuses ,les nombreux lustres qui pendent de la coupole,dont des croyants exaucés,les etoffes precieuses et les ex-voto composent un décor chatoyant.

Le vestibule d'entrée et les murs qui entourent le mausolée en particulier son minaret,sont decorés de precieuses ceramiques persanes et de versets du Coran.

Paul Leroy,tres sensible à la beauté de la faience islamique dont il collectionnait les pieces anciennes les prit à plusieurs reprises pour accessoirs de ses tableaux

L'un des minaret le plus souvent representé par les peintres se cache au coeur de la Casbah,au carrefour de la rue du Palmier et de la rue Kleber,dans ce quartier où Fromentin voyait "comme le dernier refuge de la vie arabe"Ce gracieux petit minaret à pans coupés creusés d'arcatures,surmonté d'une frises de carreaux de faience et de merlons blancs.Ecrasée par les vieilles demeures d'une ruelle sombre, la mosquée abrite le tombeau Sidi Mohammed Cherif,que les femmes implorent pour devenir mères

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 22:46
Mosquées
1 Mosquées agrandir

Eugène Flandin:Les mosquées et la porte de la mer,1837

Dans la cité d'El Djazair en 1830,on démontrait treize grandes mosquées et cent neuf petites ,pour une population de trente mille fidèles.Les corsaires,souvent d'anciens renégats,"prenaient bien soin d'accomplir tous les rites de l'islam et de doter largement les fondations pieuses",nombre d'entre eux faisant édifier à leurs frais des mosquées

La coutume s'étant maintenue,Alger renfermait un nombre considérable d'édifices religieux,parfois simples lieux de prière se cachant dans les rues étroites de la Casbah,sous les voûtes de vieilles demeures turques et seulement décelables de l'extéreieur ,par une belle porte de bois sculpté

Les mosquées d'Alger , adoptaient des plans tres variables avec les constantes obligatoires:fontaine aux ablutions purificatrices dans la cour,salle orientée vers la Mecque,avec le "mirhab" ou chaire à prêcher.Sur le sol et sur la partie basse des murs ,étaient disposées des nattes de joncs tressées à motifs géométriques.Certains des éléments à la décoration intérieure provenaient de recupérations dans des edifices plus anciens tombés en ruines,d'aures ,faiences,colonnes de marbre,lustres,avaient parfois été offerts aux Barbaresques par les puissances chretiennes.Le minaret classique était carré,quelque fois orné de faiences ou d'arcatures superposées et,au temps de la Regence,les changements de deys y étaient annoncés par un drapeau rouge,fixé sur une hampe en forme de potence.

La mosquée Neuve,Djemâ Djedid,fut certainement la plus souvent représentée par les peintres.Monument, parmi les plus séduisantes d'Alger,elle est en outre admirablement située sur la plus grande place de la ville ,et s'offre la première aux regards lorsqu'on arrive du port,ou de la mer.Elevée en 1660,par les janissaires avides d'une souscription publique avec sa grande coupole centrale,et ses petites coupoles d'angle,elle rappelle le style des monuments byzantins de Constantinople.Contrairement à sa légende,son plan cruciforme n'aurait pas été conçu par un esclave chrétien désireux de rappeler sa foi,mais bien par un maître d'oeuvres musulman,El Hadj Habib,qui se conforma aux modèles ottomans.

Djemà el Kebir,la plus ancienne mosquée de la ville ,fut fondée au xième siècle,sur l'emplacement d'une basilique romaine,par Youssef ibn Tachefine,le chef de la dynastie berbère des almoravides,qui prit le contrôle d'une grande partie du Maghreb.Son minaret carré,érigé au xivème siècle par un roi de Tlemcen,a perdu son décor de briques et d'émail,mais fait toujours belle figure à la droite de celui de Djemâ Djedid,qui le domine de pres de quinze mètres.Sur toutes les prises depuis le port,ces deux mosquées voisines ,se dressent côte à côte comme les plus beaux emblèmes de la ville musulmane.Le long portique à arcades,où figure sur un grand nombre de tableaux representant la rue de la Marine,est orné de colonnes de marbre blanc provenant de la mosquée Es Sida démolie en 1831.Il fut construit en 1837 par les condamnés militaires du colonel Marengo,ce soldat bâtisseur,qui crea également le grand jardin qui s'étend non loin de là

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 22:36
Religion
Religion agrandir

Simon Mondzain:Mosquée Katchaoua,huile sur toile

La religion islamique a certes été la plus évoquée par les peintres occidentaux séjournant ou demeurant dans le pays .La place qu'elle tient à chaque instant dans la vie des musulmans ,l'existence d'un nombre predominant de bâtiments consacrés à la prière ou à l'enseignement du Coran ,de cimetières ou de tombaux des saints ,ont motivé d'emblée leur interêt

Il n'était pas facile de pénétrer dans une mosquée ,aussi bien dans la Regence d'Alger que dans les autres pays musulmans .Le Suisse Adolphe Otth rencontra des difficultés lors de son sejour à Alger en 1837.Il se résolut à s'installer avec ses crayons dans l'ancienne mosquée Ketchaoua ,et l'anima de personnages turcs ou arabes observés à l'extérieur.

Les bâtiments,en revanche offraient cimetières musulmans,lieux de paix et de poésie, devinrent l'un des sujets de predilection des peintres leur architecture extérieure à qui voulait la representer.Accessible à tous , les

Partager cet article
Repost0

  • : le blog rymie
  • : Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je naime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Contact

  • Eglantine
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi

Recherche

Articles Récents

  • Espagne Barcelone / La Maison de la Soie
    La Maison de la Soie La Maison de la Soie est située au coeur de Barcelone à quelques pas du Musée de la Musique . Sa position privilégiée vous fera immédiatement lever les yeux, en admiration devant les murs merveilleusement décorés du bâtiment L'extérieur La...
  • La Casa de les Punxes Barcelone / Espagne
    La Casa de les Punxes Voir le plafond de Sant Jordy en agrandissant la photo Le plafond de Sant Jordy La Casa de les Punxes, ou Casa Terrades est un bâtiment qui a été conçu par l'architecte moderniste Josep Puig ICadafalch,il est situé sur l'Avinguda...
  • Espagne Barcelone / Arc de Triomphe / Arc de Triomf
    Arc de Triomphe / Arc de Triomf Cette belle arche, nommée Arc de Triomphe, ou en Catalan Arc de Triomf, a été construite pour être la porte principale d'entrée pour l'Exposition universelle de 1888, située au Parc de la Citadelle ou de la Ciuatadella....
  • Espagne Barcelone Musée de l'art contemporain
    Bleue 1993 Blue 1993 est un film britannique réalisé par Derek Jarman, qui présente un seul plan statique de la couleur bleue avec une voix off et une bande originale musicale. La voix off écrite, écrite par Jarman, consiste en un texte diaristique et...
  • Espagne Barcelone Musée de l'art contemporain
    Exubérance orange : Orange lush i Avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la Galerie Peter Kilchmann Zurich Déjà tôt Peter Kilchmann savait ce qu'il voulait , travailler sur le marché artistique. Il étudie à Paris, premiers contacts à New York...
  • Espagne Barcelone /Le Musée de l'Art Contemporain
    Helena Almeida Née en 1934 à Lisbonne, où elle vit et travaille, Helena Almeida a achevé un cursus en peinture au département des Beaux-Arts de l'université de Lisbonne en 1955, exposant régulièrement depuis la fin des années 1960. Dès ses débuts , elle...
  • Espagne Barcelone /Le Musée de l'Art Contemporain
    Delta ou marais de l'Ebre ( 1945 ) Les travaux commencèrent en 1917 . Ils furent relancés à la fin de la guerre civile. Le Delta ou marais de l'Ebre est le plus puissant des fleuves espagnols. Sa longueur est de 928kms et son bassin versant a une superficie...
  • Espagne Barcelone /Le Musée de l'Art Contemporain
    Oscar Masota La théorie en tant qu'action Basée sur de nombreuses années de recherche, cette exposition explore la carrière d'Oscar Masotta ( Buenos - Aires, 1930 - Barcelone 1979 ), figure cruciale de la modernisation de la scène culturelle argentine...
  • Espagne Barcelone /Le Musée de l'Art Contemporain
    James Lee Byars Né à Détroit en 1932, l'artiste commence des études de psychologie et d'esthétique, puis entre 1958 et 1967, il effectue de fréquents séjours au Japon au cours desquels il travaille sur les rapports entre nationalisme occidental et mystique...
  • Espagne Barcelone /Le Musée de l'Art Contemporain
    " A chaque stencil une révolution " " A chaque stencil une révolution " Latifa Echakhch Latifa Echakhch née en 1974 à El Khnansa ( Maroc ), vit et travaille à Paris ( France ) et Martigny ( Suisse ) Latifa est une contemporaine marocaine dont la pratique...