Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 21:57

                             Indissociables , le Port et le ville

 

                                                        Vues d'ensemble

                                                      

Il est précieux de trouver sous le pinceau habile de Théodore Gudin , une vision d'ensemble de la ville et le port. Exécutée avec précision et sensibilité, sa grande aquarelle restitue sans doute très exactement l'aspect extérieur de la ville, l'extraordinaire triangle en forme de voile latine, posée " comme l'aile blanche d'une mouette"sur les collines vert tendre. Le fort de la citadelle du Dey, la Casbah qui donna son nom au reste de la ville arabe, dominait les remparts sur la droite, et dans le lointain, sur une colline que le peintre rendit plus haute que nature, se dressait le Fort l'Empereur, construit sur l'emplacement stratégique où Charles Quint posa sa tente pour diriger le siège de la ville. 

A l'extérieur des remparts, sur le côté droit, l'importante "Zaouia" de Sidi Abd-er-Rahmane émerge au milieu des arbres, au-dessus du quartier de Bab-el-Oued. On perçoit dans cette oeuvre combien El-Djazair était resserrée dans ses murailles, et combien son port se trouvait à l'étroit derrière l'abri de son unique jetée.

Lorsqu'une quarantaine années plus tard Coulange - Lautrec peignit sa grande toile panoramique, il mit l'accent sur la hauteur de cette jetée et sur l'imposante tour de l'Amirauté, sentinelle d'un port longtemps inexpugnable. 

La tour octogonale, qui portait un fanal à son faîte pour éclairer la darse, fut élevée sur la base de la forteresse du Penôn par un successeur de Kheir-Eddine. L'ensemble du "Bordj el Fanar" ( ou Château du phare) fut munit de cinq étages de feux par le dernier dey d'Alger, et reçut le phare actuel de la Marine française en 1834

 

                                  

Théodore Gudin Alger en 1830 / Aquarelle , 19 x 27 cms

Théodore Gudin Alger en 1830 / Aquarelle , 19 x 27 cms

Alphonse Rey / Bureaux et Fontaine de l'Amirauté, 1912 , aquarelle sur carton, 27 x 46 cms

Alphonse Rey / Bureaux et Fontaine de l'Amirauté, 1912 , aquarelle sur carton, 27 x 46 cms

                                            Amirauté

 

Le Bordj el Coptan, ou château de l'Amiral, aurait été construit après 1810 par le Dey Hussein. Il servait de logement au Coptan Raîs , maître de port. Les voûtes qui supportent le pavillon furent élevées avec les pierres de l'antique cité de Rusgunia située vers le cap Matifou, que les Turcs n'avaient céssé d'exploiter.

La décoration intérieure comportait des plafonds de bois sculpté et enliminé, des plâtres ciselés et des faîences anciennes, et dans une belle cour à colonnes se trouvaient encore quatre fontaines de marbre. A côté s'élevait la demeure du ministre de la Marine, l'Oukil el Hardj.

Sous les voûtes du pavillon était aménagée la cale.

A la fin du xix ème siècle trois voûtes supplémentaires furent construites devant les deux d'origine, afin d'agrandir, pour les besoins des commandants de la marine et du port, les appartements et les bureaux du premier étage. Elles donnèrent aux bâtiments l'aspect qu'on peut leur voir sur la majorité des tableaux modernes et qu'ils ont conservé jusqu'à ce jour.

La darse qui acceuille les bâtiments de l'Amirauté constituait la totalité du port Barbaresque. Du fait de son peu de profondeur, après les travaux d'agrandissement du port moderne, elle devint un paisible bassin pour les barques de pêche et le sport nautique...Avec" son ensemble de Palais et de fortins qui se mirent dans l'eau en une palette multicolore dont les nuances changent quotidiennement", ce coeur historique du port et de la ville a fasciné tous les peintres d'Alger.

                                        Parmi ceux qui l'ont le plus souvent contemplé : 

Maurice Bompard / Vue sur l'Amirauté depuis la Pêcherie/ Huile sur panneau / 46 x 37 cms

Maurice Bompard / Vue sur l'Amirauté depuis la Pêcherie/ Huile sur panneau / 46 x 37 cms

                                                 Maurice Bompard

 

Qui délaissa exceptionnellement le Sud pour livrer sa très belle version en perspective fuyante...

Léon Cauvy / Devant la darse / Huile sur toile / 65 x 100 cms

Léon Cauvy / Devant la darse / Huile sur toile / 65 x 100 cms

                                 Léon Cauvy

 

Il faut réserver une place à part à Léon Cauvy, qui s'empara du cadre emblématique des bâtiments anciens pour y recréer une vie évocatrice de leur histoire. Tantôt choisissant les hauts voiliers qui parlent d'aventure tantôt plaçant sur le môle, dans un amalgame de son cru, la cohue colorée des marchands venus du bled pour vendre leurs denrées. Il composa des scènes reconnaissables entre toutes. Les femmes voilées tenant leurs enfants par la main, les hommes et larges chapeaux de paille menant leurs moutons, apportaient peut-être artificiellement l'atmosphère orientale, mais l'imagination trouve son compte dans ces créations agréables à l'oeil 

Léon Cauvy a saisi l'instant à la hâte dans des petits canots pour aller se baigner un peu plus loin en longeant la jetée. On les dirait sortis tout droit d'un livre de Camus, enfant pauvre du quartier populaire de Belcourt, qui raconta à diverses reprises ses escapades de lycéen amoureux du soleil et de la mer.

Alexandre Rigotard / La Barque, Amirauté d'Alger 1910 / Huile sur toile 38 x 55 cms

Alexandre Rigotard / La Barque, Amirauté d'Alger 1910 / Huile sur toile 38 x 55 cms

                                  Alexandre Rigotard

 

 " Le spectateur assis de la vieille darse", fût l'un de ceux qui en évoqua le mieux la vie quotidienne les pêcheurs et recherchant les effets du soleil sur l'eau entre les barques.

Benjamin Saraillon/ Le Départ des Pêcheurs / Huile sur panneau / 22 X 44 cms

Benjamin Saraillon/ Le Départ des Pêcheurs / Huile sur panneau / 22 X 44 cms

                                      Benjamin Saraillon 

 

Il illustra avec fraîcheur les activités habituelles

Repost 0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 01:05
Moammed Racim, Femmes à la cascade , miniature enluminée / 29,5 x 23,5 cm

Moammed Racim, Femmes à la cascade , miniature enluminée / 29,5 x 23,5 cm

                                     La renaissance des arts anciens

 

Mohammed Racim fit revivre en Algérie l'art très ancien de la miniature en l'enrichissant d'un souffle nouveau. Il aurait suivi la voie artisanale de son père et de son oncle, qui tenaient dans la Casbah un atelier renommé d'enluminure et de sculpture sur bois, s'il n'avait l'opportunité d'étudier la miniature persane dans son premier emploi, puis celle d'être remarqué par Dinet qui lui confia l'ornementation de sa "Vie de Mahomet", ce qui lui valut par la suite d'être appelé à enluminer le texte des "Mille et une nuits" du docteur Mardrus, illusté de compositions de Léon Carré. Il put également découvrir l'art musulman de l'âge d'or en Andalousie. A patir d'une synthèse de ces traditions orientales, enrichie par la science du volume et du clair-obscur des maîtres européens, Racim atteignit son but, celui de créer pour l'Algérie, selon ses propres paroles, "un procédé de l'enluminure inspiré de l'Orient et cependant donnant l'impression de la vie intense".Il se consacra à representer la "Vie musulmane d'hier - titre d'un  recueil de ses peintures - , avec tous les aspects de son histoire et de ses distractions, créant ainsi un répertoire traditionnel pour l'art algérien. 

Le travail de Racim fut perpétué par un enseignement régulier donné dans le cadre de l'Ecole Natinnale des Beaux - Arts d'Alger. Parmi ses élèves Mohmmed Temmam, le plus repésentatif des peintres traditionnels des années trente, et Mohammed Ranem, conservèrent son esprit et son style, pour illustrer les "faits et les gestes quotidiens, les couleurs chatoyantes de la vie locale". Le premier se rapprochant d'un certain naturalisme, et le second s'orientant davantage vers une éxécution proche de la miniature des maîtres anciens. Ali Ali-Khodja son neveu, continua tout d'abord la tradition avec Oma Racim, professerur d'enluminure, puis représenta des scènes champètres et des scènes d'intérieures algérois avant de se diriger vers l'abstraction. Bachir Yellès se recommanda dans ses débuts de l'école de Racim, mais il s'évada vers une peinture de chevalet influencée par les tendances européennes, gardant toutefois le jeu de l'arabesque et le sens du coloris proprement orientaux

Edmond Tiffon, né près d'Alger, fut un élève de Mohammed Racim et travailla étroitement avec le frère de celui-ci, Omar, en se spécialisant surtout dans le dessin, la lettre et l'épigraphie. L'enluminure et la miniature dont il possédait tous les secrets lui servirent en particulier à illustrer les textes saints des grandes religions.

Ketty Carré et Yvonne Kleiss- Herzig se rapprochèrent du style des miniatures pour produire des scènes orientales évoquant un monde idéalisé dans des décors enchanteurs

Jacqueline de Vialar, descendante d'une des grandes familles liées à l'histoire de l'Algrie, donna de son côté un nouvel éclat à la céramique d'art. Elle transposa les thèmes et les décors de la miniature persane sur de somptueux panneaux de céramique émaillée, et s'inspira également des gouaches populaires et des gravures anciennes pour reproduire les images de l'Alger barbaresque.

Une nouvelle voie fut ouverte à l'art décoratif algérien avec l'oeuvre de Baya, dont le talent éclata dès son plus jeune âge. Les gands noms dans les millieux artistiques et intellectuels admirèrent cette orpheline qui retrouva seule les secrets décoratifs des Crétois et des Egptiens, les couleurs simples, l'arabesque des formes, les femmes dont on ne voit qu'un oeil de profil. " Baya qui tient et ranime le rameau d'or " disait Breton. " Baya nous restitue par une miraculeuse éclosion la féerie d'une Arabie heureuse", écrivait à son tour Jean Sénc. Baya, prise en charge à ses débuts par des artistes algérois comme Maisonseul et Peyrissac, vite exposée chez Famin à la galerie du Minaret puis chez Moeght à Paris, remarquée par Picaso, recherchée à l'étranger , continua à partager son art en menant la vie traditionnelle d'une femme musulmane. Elle fit des émules chez les algériennes et il semble bien que, dans sa génération, une Souhila Belbahar ait précédé de la même veine décorative.

 

 

 

 

 

La renaissance des arts anciens

Repost 0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 23:42
Lenoir "Fête sur la place du Gouvernement"Huile sur toile : 33 x 46 cms Dominique Durand

Lenoir "Fête sur la place du Gouvernement"Huile sur toile : 33 x 46 cms Dominique Durand

                     

                Fêtes 

 

Le peuple d'Alger aimait les festivités.

Lieu  de rencontre de tous, la place de Gouvernement recevait une parure spéciale pour la célébration de l'Aid El Kebir . A cette occasion, toutes les structures extérieures et le dôme de la Mosquée de la Pêcherie étaient décorés de guirlandes lumineuses, des filets de lampions étaient tendus un peu partout, et l'on faisait brûler les feux de Bengale tard dans la nuit . Un petit tableau de Lenoir commémore ces moments de joie collective

Mohammed Racim illustre avec saveur l'animation dans la Casbah pendant les "Nuits de Ramadan", où les musulmans profitent de la rupture du jeûne pour festoyer et se retrouver entre amis 

 

 

 

Henry Chevalier "les Bains Nelson" vers 1925 , huile sur carton 34 x 64 cms

Henry Chevalier "les Bains Nelson" vers 1925 , huile sur carton 34 x 64 cms

La fête se déroulait souvent au bord de la mer . Sur les petites plages de Saint-Eugène encadrées par les rochers , les "Bains Nelson" et les "Bains Padovani offraient au public restauration et dancing dans des baraques de bois ; l'odeur des frites s'y mêlait à celle des brochettes de viandes grillée. Armand Assus saisit au vol les évolutions chaloupées des danseurs sur la piste du dancing Padovani où Camus jeune homme venait se distraire

Hacène Benaboura "Pointe Pescade" Alger 1959 huile sur toile 32 X 41 cms

Hacène Benaboura "Pointe Pescade" Alger 1959 huile sur toile 32 X 41 cms

Bâtis sur de hauts pilotis, les " cabanons " curieuses constructions surplombant la mer, procuraient un peu d'ombre aux baigneurs. Sauveur Galliero exalta la joie de ces fêtes du soleil dans des toiles d'une expressivité éloquente, Henry Chevalier décrivit à sa manière plus classique la plage des Bains Nelson et Hacène Benaboura dessina celle de la Pointe -Pescade toute proche comme il avait fait pour la plage des Sablettes au jardin d'Essai

Sauveur Galiéro les "Bains Padovani" Huile sur toile 64 x 50 cms

Sauveur Galiéro les "Bains Padovani" Huile sur toile 64 x 50 cms

Sauveur Galiéro "Baigneurs au Deux -Moulins " Huile sur toile  68 x 90 cms

Sauveur Galiéro "Baigneurs au Deux -Moulins " Huile sur toile 68 x 90 cms

                                   

    Galiéro Sauveur

 

Galiéro Sauveur Alger 1914 / Paris 1963

Malgré quelques jours aux Beaux-Arts d'Alger il reste un autodidacte. Dès ses premières oeuvres il révèle un talent original. Thomas- Rouault le fait travailler comme dessinateur de meubles. Après 9 ans sous les drapeaux en 1945 il vient à Paris en 1945et, grâce à l'appui de Camus , décroche une exposition personnelle rue Vavin, bien accueillie par la critique. Mail il choisit de retourner vivre à Alger. Dans son atelier de la Casbah défilent ses amis écrivains et peintres. Il devient l'un des pôles de la vie artistique algéroise et, de plus un lien entre les deux communautés . Il effectue quelques voyages profitables pour sa peiniture Lourmarin ( lauréat de la bourse de la Fondation ) .L'Espagne en 5 heures grâce à la bourse de la Casa Welasquez. Il participe aux différents salons algériens, aux expositions ...Il pratique différentes formes d'arts plastiques : mosaiques, bois gravé, fresque , décors de théatre. Jusqu'à la fin prématurée, il a toujours sur lui un petit carnet, un bout de crayon, et une boite d'aquarelle pour y fixer des images rapides.

Parmi ses commandes publiques; fresque pour la centrale électrique de Bône, Hall d'Air France à Alger, Chemin de croix de l'Eglise de Tefeschoun. Parmi les oeuvres conservées au musée d'Alger : Baigneurs au Môle, Paysage de Chenoua, Intérieur de maison mauresque, Temps gris au Sahel

Repost 0
Published by Eglantine
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 22:58
Marius de Buron ,Place du Gouvernement Alger : 1938 huile sur toile  :/ 73 x 91 cms

Marius de Buron ,Place du Gouvernement Alger : 1938 huile sur toile :/ 73 x 91 cms

Marius de Buron

Bayon ( Gironde ) 1879 - Ager 1958

Il fréquente les Beaux-Arts de Bordeaux avant ceux de Paris . Il récolte plusieurs récompenses plus le Prix Abd - El - Tif en 1913 Il compose ses "Pastorales kabyles" , "Le Mariage Kabyle " Il décorera le Salon des ambassadeurs au Salon Bourbon à Paris . Les fresques qu'il éxécute pour la décoration de Palais d'Eté d'Alger représentent " Un Cortège Kabyle " et " Un Retour de Marché " Leurs esquisses lui valent la médaille d'or du Salon des Artistes en 1922 . Il décore également le Palais des Assemblées algériennes en 1929 , le Foyer civique d'Alger en 1933, la salle des fêtes de Tizi Ouzou, et le lycée Saint- Agustin de Bône en 1957

Il réalise des scènes idylliques, comme ses " Trois algériennes devant la baie d'Alger", et de grandes compositions féminines. Il voyage dans le Sud , dans le Mzab et dans la région de Touggourt, rapportant portraits et scènes de moeurs. Il reçoit le Grand Prix artistique de l'Algérie en 1923, la médaille d'argent à l'exposition internationale de 1937. Il expose régulièrement au Salon des Artistes algériens et Orientalistes et dans les salons parisiens; il est nommé président du Comité du patronage de la Villa Abd-El- Tif . Son Oeuvre algérienne s'échelonne sur 40 ans

 

Oeuvres au musée d'Alger 

"Fleurs (deux toiles )

Paysages Kabyles ( deux toiles )

Maquette pour le dessus de porte du Collège de jeunes filles d'Oran 

Oeuvres dans les musées de Bayonne et de Pau

Aux musée des Beaux-Arts de Bordeaux " Bucolique Kabyle"

"Place du Gouvernement" aujourd'hui " Place des Martyrs"

Entre le palais de la Djenina et entre les commandements des deys, et la mosquée Djama Djedid ou mosquée de la Pêcherie, au carrefour  des routes venant de Bab-El-Oued et des autres portes comme celles de la Mer, s'étendait un terre-plein . Les Turcs y avaient établi les magasins de la Marine, qui se trouvaient ainsi à proximité de la darse située en contrebas, et des chantiers recouverts de voûtes supportaient une large terrasse.

 

 

 

Jean-Désiré Bascoulès : "Les Elégantes, place du Gouvernement, Alger" 1933 huile sur toile / 49 x 80 cms

Jean-Désiré Bascoulès : "Les Elégantes, place du Gouvernement, Alger" 1933 huile sur toile / 49 x 80 cms

Dans cet emplacement a été construit une esplanade pour faciliter le passage et la circulation de tous. On bâtit donc un deuxième étage de voûtes qui éleva autant la place turque et en fit une sorte d'immense belvédère sur la mer. On y voyait des Espagnoles, des Maltais, des Napolitains...

L'après-midi, on y rencontrait des Italiennes aux robes de couleurs crues, des Espagnoles avec la mantille, des Mauresques dans des tissus immaculés, quelques lorettes aussi, mises à la mode de Paris.

Jean-Désiré Bascoulès : Place du Gouvernement Alger 1929 / huile sur toile : 79 x 100 cms

Jean-Désiré Bascoulès : Place du Gouvernement Alger 1929 / huile sur toile : 79 x 100 cms

Ombragée d'orangers, de bellombras, de platanes, de ficus, on remarquait sur cette place le cori-colo, sorte de tramway sur rails tiré par des chevaux, qui permettaient de parcourir commodément le front de mer. 

Cette place reçu bien évidemment la visite de tous les peintres de passages ou installés, amateurs ou professionnels.Certains s'employaient à fixer l'atmosphère générale, celle des personnages mêlés aux éventaires des marchands, aux chevaux et aux carrioles, aux automobiles ensuite. D'autres s'attaquèrent au sujet idéal dans son pittoresque, mais difficile dans son éxécution de la mosquée blanche, " plus blanche que la blanche hermine" ainsi que la nota Jean Seignemartin avant de la peindre

Albert Marquet loua une chambre au deuxième étage de l'Hôtel de la Régence (Que l'on voit bien sur la première toile ), pour contruire les vues plongeantes qu'il fût le premier à imaginer, et ces présentations de la place (dont l'une fait partie des chefs-d'oeuvre du musée d'Alger ), montrant presque toutes les perspectives vers le port et la mer, sont les plus évidentes dans leur simplicité lumineuse.

Pour Jean-Désiré Bascoulès qui avait installé sa demeure et son atelier sur la place après son séjour à la villa Abd-El-Tif , le spectacle était permanent. Il campa avec sensibilité et fraîcheur de vision les silhouettes des passants, burnous blancs, costumes classiques ou robes claires des élégantes , et cela dans cette lumière tendre qui contribue au charme de son style

 

Jean-Désiré Bascoulès

Perpignan 1886  Montpellier 1976

 

Il suit les cours des Beaux-Arts, puis de Paris dans l'atelier de Cormon. En 1924, sa Halte au désert du Grand Erg lui vaut le Prix Julien-Lemordant attribué au meilleur tableau de l'année et la bourse pour la Villa Abd-El-Tif. A la sortie de la Villa, il expose plus de 200 toiles algériennes et partage par la suite à de nombreux salons et expositions de groupe. Installé dans un atelier au-dessus de la place du Gouvernement, il ne quitte pratiquement plus l'Algérie. Il reçoit la commande de trois immenses panneaux pour le décoration de Palais des Assemblées algériennes. Il éxécute ensuite des décorations murales pour le hall d'honneur de l'Ecole normale supérieur de jeunes filles d'El-Biar, pour le lycée Pasteur d'Alger sur commande de la Chambre de Commerce. Le Grand Prix de l'Algérie est attribué en 1930. Ses peintures de chevalet, paysages de Sud algérien et vues d'Alger apportent un renouvellement des thèmes par leur luminosité subtile et contribuent à purifier l'orientalisme de faux Pittoresque. Elles sont acquises par les plus grands collectionneurs en Algérie et à l'etranger ainsi que par le musée de Montpellier et le Ministère des Beaux-Arts. L'institut français de Londres lui consacre une exposition remarquée en février 1948." Oeuvres au musée d'Alger", "Rue d'Alger, près du Palais d'hiver", "Le tableau jaune", "Mostaganem", " Le jardin d'Essai", " Rue de Chartres"

Repost 0
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 21:16

Louis Fernez

Entré à 13ans aux Beaux-Arts d'Alger, il s'inscrit aux Beaux-Arts de Paris en 1917 dans l'atelier de Cornon. Apartir de 1925, il travaille surtout à Alger. Il est sociétaire du "Salon de l'Automne"expose aux Tuileries et aux indépendants, aux artistes algériens et aux orientalistes. Le grand prix artistiques de l'Algérie lui est décerné en 1929, il deviendra membre du jury en 1940. La Casa Velasquez l'accueille à Madrid en 1924-1930. Il est nommé professeur à lécole nationale des Beaux-Arts d'Alger en 1941 et prend la direction de l'atelier de peinture. A partir de 1947, il est attaché à la direction du musée . Il décore des bâtiments publics : le Foyer civique, le Palais des Assemblées algériennes, la Cité universitaire de Ben-Aknoun, le Lycée Fromentin, ceux de Kouba et de Mostaganem. Parmi la quinzaine d'oeuvres conservées au musée d'Alger : La leçon de chant, La place d'isly à Alger, et environs de Miliana.

 

 

Louis Fernez : L'Opéra d'Alger : 1926 / Huile sur toile : 79 x 99 cms

Louis Fernez : L'Opéra d'Alger : 1926 / Huile sur toile : 79 x 99 cms

Repost 0
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 00:38

Rochegrosse peignit également l'intérieur de sa belle demeure, dans laquelle il avait recréee un décor à l'antique comportant atrium et fresques pompéiènnes, galeries et colonnades, céramiques islamiques et étoffes précieuses, meubles incrustés de nacre et objets ciselés. "Le grans salon" dans lequel il représenta sa femme Marie, avec son décor de faiences anciennes, semble directement inspiré de la salle du mirador du palais du Bardo

Georges Antoine Rocchegrosse :" Marie Rochegrosse dans le grand salon de la villa Djenan Meryem  / Huile sur toile : 50 x 61,5 cms

Georges Antoine Rocchegrosse :" Marie Rochegrosse dans le grand salon de la villa Djenan Meryem / Huile sur toile : 50 x 61,5 cms

Repost 0
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 23:47

JARDINS DE PEINTRES

 

Georges Antoine Rochegrosse consacre plusieurs jardins entourant sa villa d'El-Biar. Djenan Meryem, ainsi nommée en l'honneur de sa femme et égérie. On y perçoit la sensibilité profonde de cet artiste, connu par ailleurs poue ses reconstitutions de l'Antiquité,sa délectation devant la beauté d'une nature savamment orchestrée. Les demi-jours de ses allées ombragées abritant de petits édifices dégageant une délicieuse atmposphère de vécu intimiste...

 

Georges Antoine Rochegrosse :" L'allée de la noria, Djenan Meryèm" Huile sur toile 64 x 80 cm

Georges Antoine Rochegrosse :" L'allée de la noria, Djenan Meryèm" Huile sur toile 64 x 80 cm

Repost 0
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 01:07

Théodore frère

 

Tous les enchantements de la vie orientale figuraient dans son tableau : végétation luxuriante, architectures légères , auvent de bois sculpté et peint, faiences précieuses jusque sur les contremarches des escaliers, jet d'eau dans une vasque de marbre, volière d'oiseaux rares, jeunes femmes jouant du luth...le beau minaret au second plan du tableau, représentatif de l'architecture algéroise, appartenait à la mosquée du dey, à laquelle celui-ci pouvait accéder directement à partir du palais

 

Elève de Roqueplan et Jules Coignet, il expose dès 1834. Son premier ouvrage en Algérie en 1837, où il assiste à la prise de Constantine, détermine sa vocation de peintre des terres d'islam.Il séjourne en Algérie à plusieurs reprises, expose au salon de 1839 "deux vues d'Alger", qui comptent parmi les premières  oeuvres importantes consacrées à la ville., et continue jusqu'en 1850 avec une trentraine d'oeuvres sur le pays. Au salon de 1846, il expose ainsi; "le bazar de la jénina" , "Musiciens algériens" , "La Mitidja" , "Soleil couchant à Koléah" , "Café et Caravansérail à Baba Azoun "...le Musée d 'Art et de l'Histoire de Narbonne conserve "Paysage d'Algérie" et "Jeune femme à la fontaine" , le Musée Magnin à Dijon "Mosquée aux environs d'Alger"

Théodore frère : " Les jardins du Palais du Dey " à Alger en 1840 / 100 x 130 cms

Théodore frère : " Les jardins du Palais du Dey " à Alger en 1840 / 100 x 130 cms

Repost 0
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 21:23
Gustave Barbichon . Printemps au parc de Galland / aquarelle : 30 x 20 cms

Gustave Barbichon . Printemps au parc de Galland / aquarelle : 30 x 20 cms

Gustave Barbichon

Congy 1866 - 1947

Il vient à Alger à l'âge de quinze ans, entre à l'école normale d'instituteurs, et pendant plus de quarante ans, partage son temps entre l'enseignement et la peinture, fréquentant assidument l'école des Beaux Arts. Il fait partie des membres fondateurs de la société des Artistes algériens et orientalistes et expose régulièrement. Il peint à l'aquarelle à l'huile les rochers de Saint-Eugène, les villas algéroises, les cimetières musulmans et les rues de la Casbah

Bibl : Mireille Boerio "Gustave Barbichon" l'Algérianiste , mars 1979

 

 

 

 

Repost 0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 00:58
David E de Noter Villa Mahieddine . Alger Huile sur toile 28 x 37 cm Ancienne collection Eugène Roche

David E de Noter Villa Mahieddine . Alger Huile sur toile 28 x 37 cm Ancienne collection Eugène Roche

Les façades blanches

 

Des maisons" classiques" de l'époque turque peuvent être admirées dans les tableaux d'Elise Bertrand et de David de Noter. Plus tard Emile Aubry , Léon Carré , Andrée du Pac ,  Henri Dabadie , et Oscar Spielman peignirent les grandes demeures rurales des coteaux du Sahel et en particulier celles de la Bouzaréa . Mohammed Racim en fit quelques rares huiles sur toile , exposées au musée d'Alger, et Ali Ali - Khodja quelques gouaches avant de se tourner vers l'abstraction

 

 

Les façades blanches

Des maisons" classiques" de l'époque turque peuvent être admirées dans les tableaux d'Elise Bertrand et de David de Noter. Plus tard Emile Aubry , Léon Carré , Andrée du Pac , Henri Dabadie , et Oscar Spielman peignirent les grandes demeures rurales des coteaux du Sahel et en particulier celles de la Bouzaréa . Mohammed Racim en fit quelques rares huiles sur toile , exposées au musée d'Alger, et Ali Ali - Khodja quelques gouaches avant de se tourner vers l'abstraction

Repost 0

  • : le blog rymie
  •   le blog rymie
  • : Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je naime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Contact

  • Eglantine
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi

Recherche

Articles Récents

  • Vieilles maisons colorées dans la ville de Cologne Allemagne
  • Cathédrale de Cologne Allemagne
    Elle est la troisième plus grande cathédrale du style gothique après la cathédrale de Séville et le dôme de Milan . L'énorme façade Ouest avec les deux tours de plus de 7100 mètres carrés, n'a pour l'instant été dépassée nulle part ailleurs dans le monde...
  • Le pont ferroviaire de Cologne Allemagne
    Le pont Hohenzollern (en allemand Hohenzollernbrücke) est un pont sous arc métallique, sur le Rhin, entre Cologne et Deutz. Il est situé sur le Rhin au kilomètre 688,5. Construit entre 1907 et 1911, ce pont était à l'origine aussi bien routier que ferroviaire...
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Cliquez sur les photos ...c'est encore mieux ... Tasses chocolat avec soucoupes "Trembleuse" Fabrication Du Paquier, Vienne Porcelaine de Saxe 1735 Pot de chocolat/ Porcelaine de Saxe .1740 et Tabatière Ludwigsburg .1770 / Meissen Manuacture Tête...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Droguerie Belles boîtes de chocolat d'antan Les distributeurs de chocolat
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Balances de pesée portables avec des poids Leipzig Metal Début du 19ème siècle
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Fac-similé du Codex , Tro- Cortesiamus Madrid sur papier ficus Fac-similé est une copie de reproduction d'un vieux livre , manuscrit , dessin , oeuvre d'art ou autre éléments... Ce sont deux fragments de livres pliants d'une longueur de 7 mètres Le Codex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Tête d'un Olmèque Oaxaca, Mexique Métate en pierre époque Maya Mexique Pot en argile du Guatemala ,époque précolombienne Maya Pichet avec une anse représentant une figurine , en argile Equateur Sculpture d'un guerrier ou d'un danseur en argile Mex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Joyeuses Pâques ! Profitez bien des petites fleurs et du beau soleil de printemps ! Monde des enfants " Le petit chaperon rouge et le loup / à gauche moule en métal Au centre le Pape François fabriqué par le confiseur Geog Maushagen
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Fontaine de chocolat La fontaine haute de trois mètres d'où jaillit un jet de chocolat liquide et chaud Le personnel du musée plonge les gaufres dans le chocolat chaud de la fontaine pour les offrir aux visiteurs Le must : c'est se faire confectionner...