Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 00:28
NADA
NADA agrandir

Scène Mozabite

Lorsque je finis la lecture,il faisait nuit sur Paris,il pleuvait.Que s'était-il passé.?Je me rappelais pourtant tres bien cette plongée progressive dans l'obscurité , de suivre mon ombre qui s'amincissait jour apres jour dans les miroirs et les façades vitrées jusqu'à ne plus la voir.Mais je ne ressentais aucune douleur.Ce parcours m'était necessaire , obligatoire et précieux.Maintenant je retrouvais,il est vrai , mes habitudes d'autrefois.Brancher l'ordinateur , regarder mon courrier J'ai gardé quelques habitudes , celle de me proteger des lumières excessives.Ce n'est plus ma vie qui m'attriste,c'est le destin cruel de Khedaouedj, les affres de Gabriel...je suis au coeur de tout cela et Nassim aussi.

La solitude que m'imposait cet handicap me rapprochait d'elle.N'avait-elle pas vécu ainsi?Dans la solitude et l'ombre.Et chose bien étrange , la première fois , elle me rejoignit ici, au pied de la valise encore béante, emplie de senteurs et des poussières d'Alger

NUIT PARISIENNE Khedaouedj

J'avais souffert de l'absence de Gabriel .Je ne l'avais pas vu pendant plusieurs mois.Un soir où mon père était là , n'y tenant plus , je lui demandais ce qu'il avait fait de Gabriel.Sa réponse fut :

-Cela ne te regarde pas.Ce sont des affaires entre nous

-J'en fus peiné.Mon père m'avait parlé durement

C'est étrange...Par l'effet du temps sans doute et de mes pleurs aujourd'hui taries, je ne ressens plus rien à l'égard de cet homme...L'extrême souffrance que je pouvais enfin ressentir...j'ai aimé ce simulacre d'abandon et de déchirement

Et maintenant , j'apprends qu'il était marié , père de famille...Qu'aurais-je pu espérer?Une vie de seconde épouse,dans un des palais de Fès,si froids en hiver, la réclusion au milieu de femmes qui m'auraient detestée, sa première épouse en particulier.Tout cela me laisse indifferente.Je suis même soulagée d'avoir échappé à cette existence-là.Rien ne pouvait remplacer le palais , la tiedeur des terrasses , les marches que je connaissais si bien , plus hautes lorsque je gravissais l'étroit escalier qui conduisait à la terrasse supérieure , ma chambre , mon lit aux enlacements de fer doré qui ravissait mes heures de repos.Pour rien au monde je n'aurais quitté ma maison, abandonné la petite salle de prière en sous-sol

Et puis j'attendais Gabriel.Peut-être ma vie s'est elle résumée à cela?A attendre.Comme on attend le lever du jour.Et chaque jour , je l'attendais apres la prière de l'aube.Chaque fin de nuit,j'étais envahie par un doute cruel.Que celle lumière-là me soit retirée par quelque sinistre évènement:le soleil ne reviendrait plus,à jamais éteint pendant la nuit...

Gabriel me dit en Espagnol,"attendre"se disait "esperar".Et ce terme me plut.Il signifiait qu'attendre , c'est encore espérer , souhaiter,désirer.Le matin , je me mis donc à esperer non plus seulement la lumière, mais la venue de Gabriel

Je n'ai aucun regret.Ce qui me passionne,c'est ce que j'apprends maintenant grâce à elle.Je ne fus pas seulement cette jeune fille triste et mélancolique,éternellement aveugle et désolée...Je n'ai pas passé mon temps à me mirer dans les glaces du palais ,même si je ne nie pas avoir cédé à cette habitude.C'est là qu'elle a compris l'essentiel parce qu'elle a cherché la même chose que moi.Toute femme peut le comprendre, mais certaines vont au-delà .J'avais besoin de me voir parce que personne n'aurait pu me voir de cette façon.Il m'était nécessaire de me mirer pour savoir ce que j'étais.Cette recherche de disparition dont elle parle.S'effacer , ne plus être , mais sans perdre le reflet.Se diminuer peut-être.Fondre,certainement...Comment vient ce désir?Se restreindre , ne plus désirer que ce désir-là.J'y réussis.L'amour m'étant à jamais refusé , je ne m'accordais par ma seule volonté et comme ultime plaisir que celui de m'effacer dans le néant en gardant le reflet de ce que j'étais...Je ne nie pas tout cela parce que je l'ai vécu

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben Redouane - dans rymie
commenter cet article

commentaires

  • : le blog rymie
  •   le blog rymie
  • : Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je naime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Contact

  • Eglantine
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi

Recherche

Articles Récents

  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Balances de pesée portables avec des poids Leipzig Metal Début du 19ème siècle
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Fac-similé du Codex , Tro- Cortesiamus Madrid sur papier ficus Fac-similé est une copie de reproduction d'un vieux livre , manuscrit , dessin , oeuvre d'art ou autre éléments... Ce sont deux fragments de livres pliants d'une longueur de 7 mètres Le Codex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Tête d'un Olmèque Oaxaca, Mexique Métate en pierre époque Maya Mexique Pot en argile du Guatemala ,époque précolombienne Maya Pichet avec une anse représentant une figurine , en argile Equateur Sculpture d'un guerrier ou d'un danseur en argile Mex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Joyeuses Pâques ! Profitez bien des petites fleurs et du beau soleil de printemps ! Monde des enfants " Le petit chaperon rouge et le loup / à gauche moule en métal Au centre le Pape François fabriqué par le confiseur Geog Maushagen
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Fontaine de chocolat La fontaine haute de trois mètres d'où jaillit un jet de chocolat liquide et chaud Le personnel du musée plonge les gaufres dans le chocolat chaud de la fontaine pour les offrir aux visiteurs Le must : c'est se faire confectionner...
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Conche chocolat / type Postranecki / 1920 Le conchage est un procédé d'affinage du chocolat par brassage à une température de 80 degrés Celsius . Il permet d'uniformiser le produit et d'y incorporer le beurre de cacao additionnel, ainsi que le sucre et...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    A l'étage où se trouvent les machines Machine d'emballage / Type Sapal / Typ PRM Lausanne / Année de production 1928 Cette machine servait à envelopper les pralines dans du papier d'argent . Elle effectuait 50 à 60 plis par minutes Le prix d'achat à cette...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Le musée dispose d'anciennes machines issues des premières productions du chocolat cliquez ici vous verrez mieux !!!
  • Musée du chocolat de Cologne en Allemagne
    Les épices sont quelquefois ajoutés au chocolat comme le poivre...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Le beurre de cacao Plus de 50 % du cacao se compose de matière grasse. Elle est extraite par pression hydraulique, issue de fèves décortiquées et dégemmées. C.Van . Houten ( 1801-1887 ) a réussi à construire une presse à beurre de cacao . Par la suite...