Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 20:43
17 DECEMBRE 1789 khedaouedj
17  DECEMBRE  1789                                        khedaouedj agrandir

archeologie :musée des antiquités

Mon père avait organisé une reception d'un hôte mystérieux.Devait se joindre à eux l'Inconnu,dont mon père s'obstinait à cacher l'identité,personne importante.Le visiteur avait un guide et une escorte.

Instinctivement,je m'étais reculée dans l'ombre de ma chambre.L'envie s'attardait dans la skifa.Un lourd silence planait.Notre salon prit un aspect surnaturel

J'étais subjuguée,incapable du moindre geste.Ce moment prenait une dimension que personne n'avait imaginée.Si mon père avait souhaité donner à cette soirée un caractère privé,voire confidentiel,il n'avait sans doute pas pensé qu'elle prendrait ainsi des allures de complot.Je me sentis defaillir.L'entrée de l'invitée,tant attendue,retint toutes les attentions.Mon père s'était levé pour l'accueillir et le saluer longuement.J'étais sulagée;à l'instant même où je m'étais effondrée,il m'avait sauvée.Personne n'avait rien remarqué

La conversation s'alanguissait dans des échanges courtois Je ne voulais pas qu'il me voie.Je ne voulais surtout pas qu'il sache que j'étais là,que je suivais le moindre de ses gestes,que j'écoutais sa voix dans une tension extrême.Je n'obéissais à aucune introduction paternelle,je n'écoutais que la mienne..Je suis restée ainsi ,toute la soirée.Il était seul avec mon père,les autres invités avaient pris congé.

Je suis incapable de dire ce que j'ai ressenti.Parce que je n'ai que des souvenirs visuels des images devant mes yeux ,desormais éteints qui repassent inlassablement cette même scène.Rien sauf ce long et secret entretien avec mon père.J'eus la sensation d'un vide profond...que je quittais un monde pour pénétrer dans un autre

Gabriel était là,il avait tout vu.Et il en savait sans doute bien plus que moi sur l'Inconnu

PARIS EN MARS NADA

-Cette histoire ne tient pas debout!

-Je pense simplement qu'elle nous ment.D'ailleurs,elle a bien failli se couper en signalant que Gabriel en savait long sur le sujet.Et elle a dû le tarabuster sévèrement qu'il crache le morceau

Nassim repartit,j'avais le temps,mon état évoluait de curieuse façon.Comme j'avais traversé les murs du temps,rejetant le présent dans les tenèbres pour ne laisser filtrer que le passé.Mais ce qui était encore plus insolite encore,c'est que Nassim avait franchi le même passage:il s'était fondu dans le palais de telle sorte que son "réalisme" s'attachait surtout à ne pas se laisser berner par ses propriétaires.Il acceptait,contre toute vraissemblance,comme une évidence,d'être invité dans leur intimité,mais non d'être trompé

Les jours s"égrenaient lentement.Je vivais dans une patience et une lenteur extrêmes.Les images du palais,composaient désormais mon décor quotidien.

Mon entourage,à l'exception de Nassim,me trouvait suffisamment mal en point pour m'inciter à consulter .Mes larmes continuelles annonçaient soit une depression soit une maladie des yeux.Khedaouedj était là ,siimplement,et je n'existais que par sa presence dans le palais.Le brouillard me voilait le present mais se dissipait à l'évocation de nos souvenirs communs,de ces nuits partagées dans le palais.Quelle est la peur du rêve?Où trouver la limite?J'entendais la pluie sur les terrasses...En ces instants,j'entendais ,je sentais et je voyais.Par sa force à elle,,sa volonté intacte de surmonter sa peine ou bien de la pousser jusqu'en ses derniers retranchements.Pour le reste,c'est vrai,je n'existais pas

Ensuite?Que dire?Illuminations?Visions nées d'une immagination maladive?Conséquences d'une profonde fatigue?Dépression?Mes nuits étaient en couleurs .Je n'en demandais pas davantage

ALGER 1790 Khedaouedj

Mon père traitait l'Inconnu comme un hôte de marque mais pour quelle raison?Etais-je concernée par cette rencontre? Ces questions me torturaient...Mais ,ce soir-là,en le voyant,lui,en entendant le timbre lointain de sa voix aux accents si particuliers,c'était totalement impossible

Lorsque sa silhouette blanche a disparu au petit matin,mes yeux se sont enfin fermés.Je me suis écroulée de sommeil.Reveillée tard le lendemain,je me suis rendue compte qu'il était parti,que je ne le verrai plus jamais

Je montais à l'étage dans ma petite pièce.Je ressentis les premiers vertiges,les marches qui se dérobent,ma vue était troublée par les larmes,mon corps vide,cette sensation était délicieuse.J'étais triste,d'une tristesse langoureuse qui m'éreintait et m'étreignait tout à la fois.

J'ai essayé d'en savoir davantage en interrogeant mon père.Il me fit une réponse tres évasive qui signifiait que ce sujet ne me regardait pas .Pour la première fois ,je lui en voulus,au point de le detester par instants.La soirée du 17 décembre fut effacée de toutes celles qui jalonnèrent la vie mondaine du palais.Elle resta pour moi la dernière où je fus l'autre,celle d'avant.

J'ai commencé à me refugier dans le silence.Mo père ne fit aucune observation,ce qui me poussait dans la solitude et de l"effacement...Il fit venir un medecin .Sans doute mécontent de son diagnostic et de ses prescriptions,il le congédia.Il n'eut aucun successeur.Les fêtes se sont également raréfiées

Le silence s'installa dans la maison?Les bruits de l'exterieur me parvenaient feutrés,assourdis par la mélodie d'une voix,celle de l'Inconnu?

Les noubats qui ,autrefois,enchantaient mes soirées,m'étaient devenues insupportables.Là encore mon père céda à mes désirs.Il m'attacha un musicien particulier et je pris des leçons.La musique me transporta d'emblée.Nul besoin de voir,simplement se laisser couler dans les notes,puis travailler pour atteindre la fluidité.Le palais se mit à résonner de nos leçons et mon père n'y fut pas insensible.Je savais qu'il m'écoutait et appréciait

C'est également à partir de cette époque que Gabriel ne me quitta plus guère.Hassan Kheznadji décida de l'affranchir de son statut d'esclave et captif.Gabriel refusa de partir et s'est converti.Il dit à mon père que,depuis si longtemps dans notre ville,il la considérait comme sienne et que plus rien ne le rattachait à son Andalousie natale.Mon père le laissa libre de son choix.Gabriel devint ainsi mon seul lien avec l'exterieur.Alger brillait sous la grandeur décadente des Ottomans et Gabriel s'y sentait à l'aise.La coincidence entre le début de ma douleur et la soirée du 17 décembre ne lui avait pas échappé.L'Inconnu venait d'un pays lointain pour une mission qui avait échoué

Je doutais même parfois de la sincérité de Gabriel .Il lui était bien facile de me faire croire ce qu'il voulait.S'il me mentait,cele signifiait que l'Inconnu était venu pour une raison que l'on tenait à me cacher,que mon père lui avait peut-être promis ma main et que l'ayant refusée,il s'en était allé.Cette hypothèse était monstrueuse.Pour une raison ignorée,je lui aurais déplu et il m'aurait rejeté!Mais comment pouvais-je être la cause de ce rejet?Ces questions me tourmentaient à tel point qu'un apres midi ,n'y tenant plus ,je demandais à Gabriel en quoi j'avais pu démériter et provoquer le départ de l'étranger

Ainsi ,l'Inconnu ne savait -il pas que j'étais là.Et si...Si j'étais descendue,au risque de mecontenter mon père,si j'avais pu lui parler,s'il m'avait vue.Il aurait pu...m'aimer?J'osais à pein évoquer cette pensée.Pourquoi mon père lui aurait -il parlé de moi s'il ne s'agissait que d'une relation d'affaires?

Quelques semaines plus tard,Baba Hassan vint me dire que Gabriel avait décidé de quitter le palais

-Ainsi,tu voulais partir?

-Je n'avais plus rien à faire!

-Mais pour aller où?

-A Fès...Parce que c'était la seule façon de vous aider ,à distance .

-Je ne comprends pas.Explique-toi!

-Et bien,parce qu'il venait de là-bas!Ne le saviez-vous pas?

-Tais -toi!

La promenade fut silencieuse,légèrement écourtée par une pluie de printemps que je laissais avec délice glisser sur mon visage

LA LGENDE KHEDAOUEDJ

lA légende commença à se répandre dans la Casbah.Certains pretendirent que mon père me séquestrait.D'autres encore racntaient que je dépérissasis d'un amour impossible...Les differentes versions se sont mêlees.Mon isolement fit le reste.Par pudeur,sans doute,la légende a occulté cette partie peu conventionnelle de ma vie.Elle n'a retenu que le drame,préférant taire le scandaleux.

La légende dit vrai:nous n'existons pas l'une sans l'autre.Mon dessin s'est écrit sur ses murs et, sans mon histoire,Dar el 'Amia n'aurait pas traversé les siecles...le palais a survécu parce qu'il abrite ma mémoire silencieuse.

Je ne peux pas simplement invoquer la légende.Qui s'y interresse encore?On la raconte en qelques phrases et puis l'on passe .La mémoire devient confuse,fragile comme les maisons et les palais abandonnés aux ruines.Les lieux disparaissent,mais non les âmes qu'ils ont abritées.

Ils venaient de Fès...Ils avaient ce savoir intuitif qui ne s'acquiert que dans les villes saintes de l'Islam.Je l'ai su dès leur arrivée.Ils venaient avec un regard léger et insolite tout à la fois ,marqué par une émotion tranquille qui leur donnait une certaine insouciance,une inconscience.Il ne leur a pas suffi de voir le palais,il leur en a fallu davantage.Trouver ce passage secret qui devait s'ouvrir sur sa mémoire et la faire revivre.Sans le savoir,ils ont réveillé mes souvenirs dans une etrange alchimie où s'enchevêtrent les rêves et la réalité,ceux du prsent et celle du passé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben Redouane - dans rymie
commenter cet article

commentaires

  • : le blog rymie
  •   le blog rymie
  • : Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je naime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Contact

  • Eglantine
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi

Recherche

Articles Récents

  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Balances de pesée portables avec des poids Leipzig Metal Début du 19ème siècle
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Fac-similé du Codex , Tro- Cortesiamus Madrid sur papier ficus Fac-similé est une copie de reproduction d'un vieux livre , manuscrit , dessin , oeuvre d'art ou autre éléments... Ce sont deux fragments de livres pliants d'une longueur de 7 mètres Le Codex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Tête d'un Olmèque Oaxaca, Mexique Métate en pierre époque Maya Mexique Pot en argile du Guatemala ,époque précolombienne Maya Pichet avec une anse représentant une figurine , en argile Equateur Sculpture d'un guerrier ou d'un danseur en argile Mex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Joyeuses Pâques ! Profitez bien des petites fleurs et du beau soleil de printemps ! Monde des enfants " Le petit chaperon rouge et le loup / à gauche moule en métal Au centre le Pape François fabriqué par le confiseur Geog Maushagen
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Fontaine de chocolat La fontaine haute de trois mètres d'où jaillit un jet de chocolat liquide et chaud Le personnel du musée plonge les gaufres dans le chocolat chaud de la fontaine pour les offrir aux visiteurs Le must : c'est se faire confectionner...
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Conche chocolat / type Postranecki / 1920 Le conchage est un procédé d'affinage du chocolat par brassage à une température de 80 degrés Celsius . Il permet d'uniformiser le produit et d'y incorporer le beurre de cacao additionnel, ainsi que le sucre et...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    A l'étage où se trouvent les machines Machine d'emballage / Type Sapal / Typ PRM Lausanne / Année de production 1928 Cette machine servait à envelopper les pralines dans du papier d'argent . Elle effectuait 50 à 60 plis par minutes Le prix d'achat à cette...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Le musée dispose d'anciennes machines issues des premières productions du chocolat cliquez ici vous verrez mieux !!!
  • Musée du chocolat de Cologne en Allemagne
    Les épices sont quelquefois ajoutés au chocolat comme le poivre...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Le beurre de cacao Plus de 50 % du cacao se compose de matière grasse. Elle est extraite par pression hydraulique, issue de fèves décortiquées et dégemmées. C.Van . Houten ( 1801-1887 ) a réussi à construire une presse à beurre de cacao . Par la suite...