Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 19:59

                                     Les mots prennent un visage



Ces glyphes de San Bartolo , Guatémala, montrent que vers -300, l'écriture maya est déjà complexe. Dans le 7ème de la liste, on reconnait le mot Alaw : seigneur

La Mésopotamie est l'un des grands foyers de representations graphiques du langage. Trois systèmes d'écriture y ont vu le jour vers le iv ème siècle avant notre ère dont le plus élaboré est celui des Mayas.

Debout de profil, le dieu du mais regarde par dessus son épaule la femme agenouillée derrière lui, les bras levés. La fresque orne une pyramide en ruine dans la jungle gualémathèque, à San-Bartolo, au coeur du pays maya.Répérée en 2001 par Wiliam Saturno, de l'univrsité de Boston, elle constitue  l'une des plus anciennes scènes mythologiques peintes par cette civilisation, environ 100 ans avant notre ère. En retournant sur les lieux, il y a trois ans, l'archéologue américain a pourtant fait une découverte plus fascinante encore: une petite colonne de dix hiéroglyphes, peints en noir sur un bloc recouvert d'enduit blanc. Le trait est sûr, attestant de l'art du scribe. Si la plupart des signes restent énigmatiques, d'autres sont identifiables, tel le glyphe. Ajaw, qui signifie "seigneur" en langue maya. Un autre, rappelent une main tenant un pinceau, pourrait indiquer le mot scribe. Des morceaux de charbon recueillis près du bloc ont permis de lui attribuer une date fiable : entre 200 et 300 ans avant J-C, soit plusieurs siècles avant les plus vieux écrits mayas jusqu'alors identifiés de façon sûre.
Le texte de San Bartolo incite à revoir l'histoire de l'écriture en Méso-Amérique. La région est l'un des foyers de naissance d'un système de représentation graphique du langage. Mais jusque -là, les écrits mayas n'étaient pas classés parmi les plus vieux du continent. Des textes gravés tres anciens avaient bien été retrouvés dans les hautes terres du Guatémala, à El Porton, et près de la côte pacifique, sur le site maya de Kaminaljuyu, mais leur origine faisait débat. Ce qui n'enlevait rien à l'importance exceptionnelle de l'écriture maya.D'abord, parce qu'elle pouvait transcrire le langage parlé avec une sophistication étonnante, en utilisant des verbes, des prénoms, une syntaxe complexe. Ensuite pasr sa longétivité, plus d'un milénaire, jusqu'à l'arrivée des Espagnols, dans la région.Mais le statut de pionniers revenait à d'autres systèmes d'écritures développés un peu plus à l'ouest par deux groupes culturels aux langues distinctes de celles des Mayas : les épi-Olmèques (aussi appelés isthmiens) et les Zapotèques.
Aujourd'hui, la donne a changé."Il n'y a pas d'antériorité, estime Jea Michel Huppon, checheur au Centre d'études de langues indigènes d'Amérique du CNRS. On voit apparaître ces écrits en même temps chez les Mayas, en zone olmèque et chez les Zapotèques, au tournant des vème et ivème siècles avant J-C" Partout, l'époque est aux changements. L'agriculture s'intensifie, avec le développement des canaux d'irrigation et de terrasses . Les premiers Etats se constituent dans la région, avec leurs capitales bientôt peuplées de dizaines de miliers d'habitants, comme El Mirador, en zone maya. Ces cités aux monuments imposants, gouvernées chacunes par un roi et sa suite, se dispute le pouvoir dans un jeu d'hostilité et d'alliance, ponctué d'affrontements directs ou de guerre froide. Un système parfois comparé à l'organisation féodale ou aux cités grecques de l'Antiquité
C'est dans ce contexte qu'apparaissent les premiers textes linéaires, composés d'une succession de glyphes. Chacun de ces glyphes est un petit bloc rectangulaire, formés de plusieurs signes agrégés autour d'un élément principal. Dès le départ certains signes représentent des mots entiers , alors que d'autres indiquent des syllabes : on dit que l'écriture est logosyllabique. Dans les écrits mayas classiques par exemple, une fleur à quatre pétales représente le mot KIN, qui signifie "soleil" ou " jour", une lune indique la syllabe "ja", une tête de rongeur le son "ba" " Tout st relativement soudain, dès les premières attestations, vers 400 avant J-C, on a déjà des systèmes élaborés", insiste Jean Michel Hoppon. Ce qui ne signifie pas que les premiers textes soient apparus ex nihilo": on y lit clairement l'influence de la civilisation olmèque qui, au cours du miliénaire précédent, a déjà élaboré un calendrier sophistiqué et inscrit de nombreux glyphes sur la pierre ou la terre cuite, en complément des images. "Cela correspond à une phase de balbutiement de l'écriture, avec l'élaboration du répertoire des signes. On commence à voir apparaître des dates, des noms, on identifie des éléments qui seront à la base de toutes les écritures méso-américaines. Il y a vraiment une origine commune. Mais-si l'on exclut le cas controversé du bloc de Cascajal , on n'a pas encore, lors de cette première période, de textes où les glyphes s''articulent entre eux pour former des phrases transcrivant de la parole"
De longues séries de chiffres, de dates et de noms : l'imortance accordée au calendrier se retrouve dans les premiers textes mayas. Gravés par les scribes, les hauts faits des dirigeants, - naissance, intronisation, guerres et sacrifices, jeu de balle, funérailles- s'affichent sur les siècles aux portes des palais et des temples. Née avec l'Etat, l'écriture est aussi au service de l'Etat. Monumentale comme dans l'Egypte des pharaons, elle sert la propagande des élites et atteste de l'origine divine des souverains. Elle orne aussi des petits objets comme des stèles miniatures, et plus tard, des céramiques, où de petits textes indiquent à qui appartenaient l'objet et sa fonction- un gobelet pour boire du chocolat, par exemple. Etait-elle utilisée dans la vie courante ou pour les tâches administratives, comme la tenue de registres d'impôts? Il semble que non, mais l'absence de manuscrits datant  de ces époques reculées peut fausser les idées. Les seuls codex mayas ayant survécu à l'humidité  tropicale et aux autodafés espagnols datent en effet des derniers siècles avant la colonisation, et comportent principalement des textes divinatoires.
Disparue aves l'arrivée des Européens, l'écriture maya se sera enrichie et aura évolué avec les siècles, s'adaptant aux formes régionales de langue parlé. Les écrits épi-Olmèques quant à eux disparaîtront  au début de notre ère. La tradition zapotèque se poursuivra, elle, dans l'écriture aztèque, mais sa somplexité n'atteindra pas celle des écrits mayas. Pour sophistiqués qu'ils soient, ces derniers resteront pourtant toujours tres figuratifs, avec leurs glyphes aux formes humaines ou zoomorphes aux nombreuses variations graphiques. En Méso-Amérique, l'écriture n'a jamais cessé d'être image.
                                   Laure Schalchli
à suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglantine
commenter cet article

commentaires

  • : le blog rymie
  •   le blog rymie
  • : Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je naime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Contact

  • Eglantine
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi

Recherche

Articles Récents

  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Balances de pesée portables avec des poids Leipzig Metal Début du 19ème siècle
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Fac-similé du Codex , Tro- Cortesiamus Madrid sur papier ficus Fac-similé est une copie de reproduction d'un vieux livre , manuscrit , dessin , oeuvre d'art ou autre éléments... Ce sont deux fragments de livres pliants d'une longueur de 7 mètres Le Codex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Tête d'un Olmèque Oaxaca, Mexique Métate en pierre époque Maya Mexique Pot en argile du Guatemala ,époque précolombienne Maya Pichet avec une anse représentant une figurine , en argile Equateur Sculpture d'un guerrier ou d'un danseur en argile Mex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Joyeuses Pâques ! Profitez bien des petites fleurs et du beau soleil de printemps ! Monde des enfants " Le petit chaperon rouge et le loup / à gauche moule en métal Au centre le Pape François fabriqué par le confiseur Geog Maushagen
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Fontaine de chocolat La fontaine haute de trois mètres d'où jaillit un jet de chocolat liquide et chaud Le personnel du musée plonge les gaufres dans le chocolat chaud de la fontaine pour les offrir aux visiteurs Le must : c'est se faire confectionner...
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Conche chocolat / type Postranecki / 1920 Le conchage est un procédé d'affinage du chocolat par brassage à une température de 80 degrés Celsius . Il permet d'uniformiser le produit et d'y incorporer le beurre de cacao additionnel, ainsi que le sucre et...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    A l'étage où se trouvent les machines Machine d'emballage / Type Sapal / Typ PRM Lausanne / Année de production 1928 Cette machine servait à envelopper les pralines dans du papier d'argent . Elle effectuait 50 à 60 plis par minutes Le prix d'achat à cette...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Le musée dispose d'anciennes machines issues des premières productions du chocolat cliquez ici vous verrez mieux !!!
  • Musée du chocolat de Cologne en Allemagne
    Les épices sont quelquefois ajoutés au chocolat comme le poivre...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Le beurre de cacao Plus de 50 % du cacao se compose de matière grasse. Elle est extraite par pression hydraulique, issue de fèves décortiquées et dégemmées. C.Van . Houten ( 1801-1887 ) a réussi à construire une presse à beurre de cacao . Par la suite...