Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 21:40

                                                      Chaim Soutine

 

                                                     Vingt deux tableaux du peintre russe Chaim Soutine (1893 - 1943 ) ont été rassemblés grâce à la passion de Paul Guillaume pour ces " portraits où la mesure et la démence luttent et s'équilibrent"

                                                     Venu à Paris en 1912 Chaim Soutine va peindre dans le sud de la France des paysages tourmentés. Les personnages qu'il représente sont mélancoliques, typés jusqu'à la caricature, vêtus de costumes offrant de vifs contrastes de couleur. Les natures mortes privilégient les animaux tués dont il exalte la chair sanguinolente. Il travaille par série : glaieuls, volailles,gibier, gens de service ou enfants de coeur

                                                      L'apparent tumulte et la puissance expressionniste de son oeuvre sont soutenus par une solide construction, venue de l'étude des maîtres anciens au musée du Louvre. Soutine procède par simplifications successives. La couleur est subitement travaillée, les blancs et les rouges enrichis de multiples reflets.

                                                      D'une touche allégée , au soir de sa vie, Soutine peint de délicats portraits

                                                         

"Paysage avec personnages"vers 1918 - 1919 -1933 ?/ Huile sur toile : 60 x 80 cm/ Signé en bas à gauche en rouge Soutine

"Paysage avec personnages"vers 1918 - 1919 -1933 ?/ Huile sur toile : 60 x 80 cm/ Signé en bas à gauche en rouge Soutine

Dans ce paysage, la route monte en ligne droite en respectant les lignes de fuites. Un personnage qui marche en son centre accentue l’effet de perspective. On distingue deux autres personnages sur un chemin à droite. Les couleurs restent naturelles : vert de la végétation, ocre des chemins et rouge des toitures. Faut-il voir un potager dans les taches vertes et rouges en bas à droite ? Cependant les maisons du second plan sont inclinées vers la gauche selon un système de basculement qui devient récurent durant la période de Céret (1919-1922). Michèle Bundorf le rapproche de La Maison blanche du musée de l’Orangerie pour proposer la date de 1933 (1). Colette Giraudon penche également pour une date postérieure au séjour à Cagnes (2). La facture, notamment le traitement des arbres semble cependant plus proche de celle des œuvres peintes en région parisienne dans les années 1917-1919 que de celles peintes à Chartres dans les années 30 avec une pâte plus épaisse et des tonalités plus sombres. Provenance : Paul Guillaume ; Domenica Walter (1) Michèle Bundorf , in Collection Jean Walter-Paul Guillaume. Paris, Réunion des musées nationaux, 1966 (2) Colette Giraudon, in Musée de l’Orangerie : Catalogue de la collection Jean Walter et Paul Guillaume. Paris E. de la Réunion des musées nationaux, 1990
"Dindon et tomates"Vers 1923-1924 / Huile sur toile : 81 x 49 cm / Signé en bas de biais à droite en rouge Soutine

"Dindon et tomates"Vers 1923-1924 / Huile sur toile : 81 x 49 cm / Signé en bas de biais à droite en rouge Soutine

Dans cette nature morte, toute la composition bascule vers la gauche. La volaille est pendue selon une diagonale que rien ne peut expliquer. Le seul élément horizontal est le linge blanc lumineux posé sur un plan indéterminé perdu dans le fond sombre, presque noir du tableau. Les tomates entassées en une pyramide improbable et instable font le lien entre le plan horizontal du linge et la diagonale du dindon. Elles viennent en quelque sorte asseoir la composition. Des touches rouges, orangées et jaunes tourbillonnent sur la chair de l’animal. Les tomates d’un rouge éclatant ponctué de taches lumineuses blanc crème, traitées en touches larges et moins nerveuses, font contrepoint. Le linge blanc est parsemé de taches rouges projetées et de coulures de peinture. Les pâtes violacées et la tache noire figurant sans doute les plumes du volatile font planer l’ombre de la mort et de la putréfaction. Provenance : Paul Guillaume ; Domenica Walter
"Boeuf et tête de veau"Vers 1925 /Huile sur toile: 92 X 73 cm / Signé en bas à droite en rouge Soutine

"Boeuf et tête de veau"Vers 1925 /Huile sur toile: 92 X 73 cm / Signé en bas à droite en rouge Soutine

Chaïm Soutine semble fasciné par le motif du bœuf écorché qu’il représente de très nombreuses fois dans ses tableaux. Une dizaine de pièces de bœuf notamment s'échelonne sur l'année 1925. A cette époque Soutine occupe un vaste atelier rue du Saint-Gothard, non loin de Montparnasse, dans lequel il faisait porter des morceaux de carcasses d’animaux qu’il peignait directement. Cette attirance pour ce motif pourrait lui venir d’un souvenir traumatique d’enfance. Le journaliste Emile Szyttia rapporte ces propos de Soutine : "… une fois j’ai vu ce boucher couper la gorge d’une oie et la saigner. J’ai voulu crier mais son regard joyeux me rentra le cri dans la gorge", il ajoute plus loin "Quand j’ai peint le bœuf écorché, c’était encore ce cri que je voulais que je voulais libérer. Je n’y suis pas parvenu". Dans cette composition, la carcasse écorchée d’un bœuf occupe la majeure partie de la composition, tandis qu’à ses côtés la tête d’un veau est suspendue à un crochet de boucher. Les teintes rouges et jaunes traitées en larges touches pour rendre les chairs ensanglantées se détachent sur un fond uni et sombre. Au-delà des souvenirs d’enfance, il faut également souligner l’admiration que Soutine porte au peintre néerlandais Rembrandt (1606-1669), dont il avait admiré les toiles au musée du Louvre et notamment son Bœuf écorché de 1655. Provenance : Paul Guillaume ; Domenica Walter

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lemenuisiart 18/12/2016 21:24

Bien joli et je préfère la première

francine 17/12/2016 14:00

Bonjour, j'aime beaucoup aimé ses tableaux, j'ai découvert cet artiste lors de ma visite, je te souhaite un bon week end, bisous

manou 17/12/2016 08:15

Je ne connaissais pas ce peintre et comme Nell et Ecureuil bleu il ne m'attire pas du tout. Le premier est simplement étrange. Les deux derniers tableaux sont sans doute symboliques...cet étalage de "viande", la couleur rouge, la position des animaux...c'est plutôt malsain, non ? et quand je pense qu'il faisait porter des carcasses dans son atelier...j'en deviendrai carrément végétarienne. Bisous !

églantine 17/12/2016 00:07

Je savais qu'il n'allait pas vous plaire car moi non plus!! Mais je le decouvre je ne le connaissais pas!! Merci à toutes les deux je vous embrasse! !

Nell 15/12/2016 18:37

Tu vois sa peinture me dérange. Une espèce de souffrance très visible se dégage et se détache de ses tableaux. C'est fou. Je t'embrasse, Eglantine et te souhaite une belle soirée

  • : le blog rymie
  •   le blog rymie
  • : Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je naime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Contact

  • Eglantine
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi

Recherche

Articles Récents

  • Vieilles maisons colorées dans la ville de Cologne Allemagne
  • Cathédrale de Cologne Allemagne
    Elle est la troisième plus grande cathédrale du style gothique après la cathédrale de Séville et le dôme de Milan . L'énorme façade Ouest avec les deux tours de plus de 7100 mètres carrés, n'a pour l'instant été dépassée nulle part ailleurs dans le monde...
  • Le pont ferroviaire de Cologne Allemagne
    Le pont Hohenzollern (en allemand Hohenzollernbrücke) est un pont sous arc métallique, sur le Rhin, entre Cologne et Deutz. Il est situé sur le Rhin au kilomètre 688,5. Construit entre 1907 et 1911, ce pont était à l'origine aussi bien routier que ferroviaire...
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Cliquez sur les photos ...c'est encore mieux ... Tasses chocolat avec soucoupes "Trembleuse" Fabrication Du Paquier, Vienne Porcelaine de Saxe 1735 Pot de chocolat/ Porcelaine de Saxe .1740 et Tabatière Ludwigsburg .1770 / Meissen Manuacture Tête...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Droguerie Belles boîtes de chocolat d'antan Les distributeurs de chocolat
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Balances de pesée portables avec des poids Leipzig Metal Début du 19ème siècle
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Fac-similé du Codex , Tro- Cortesiamus Madrid sur papier ficus Fac-similé est une copie de reproduction d'un vieux livre , manuscrit , dessin , oeuvre d'art ou autre éléments... Ce sont deux fragments de livres pliants d'une longueur de 7 mètres Le Codex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Tête d'un Olmèque Oaxaca, Mexique Métate en pierre époque Maya Mexique Pot en argile du Guatemala ,époque précolombienne Maya Pichet avec une anse représentant une figurine , en argile Equateur Sculpture d'un guerrier ou d'un danseur en argile Mex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Joyeuses Pâques ! Profitez bien des petites fleurs et du beau soleil de printemps ! Monde des enfants " Le petit chaperon rouge et le loup / à gauche moule en métal Au centre le Pape François fabriqué par le confiseur Geog Maushagen
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Fontaine de chocolat La fontaine haute de trois mètres d'où jaillit un jet de chocolat liquide et chaud Le personnel du musée plonge les gaufres dans le chocolat chaud de la fontaine pour les offrir aux visiteurs Le must : c'est se faire confectionner...