Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 02:54

                                 La gloire de la Baie

 

Quelques mots de géographie s'imposent, pour situer le décor et mieux lire les tableaux concernés à " cette blanche Alger " adossée à sa montagne, les pieds et la tête baignant dans un éternel azur

Le golfe qui l'accueil est immense, d'une forme demi-circulaire parfaite. On a pû le comparer à un arc, à un croissant, à une faucille, ou encore à une corne d'abondance .

La ville ancienne a été édifiée sur la chaîne de collines du Sahel, dont les mamelons en pente douce représente " comme la dernière marche du gigantesque escalier formé par les bourrelets successifs de l'Atlas. Ces collines qui se chevauchent dans un joyeux enchevêtrement, sont données par le petit massif de la Bouzaréah ( la montagne aux graines, que l'on  orthographiait Bouzaria sur les vues anciennes de la ville ), dont les roches escarpées se jettent abruptement dans la mer. D'où la construction en gradins et la forme triangulaire de l'El Djezair , à l'intérieur de ses remparts, battus par les flôts dans leur partie maritime.

                      La Pointe Pescade et le Cap Matifou ferment la côte ouest de la Baie. A l'est, s'étire une étroite plaine côtière de 12kms avant de déboucher sur la vaste Mitidja , grenier à blé Rome puis marécage insalubre avant d'être transformée en magnifiques terres à cultures, encadrée par l'Atlas de Blida, dont les sommets tutélaires de Bouzagza aux crêtes dentelées et du Djurdjura kabyle aux neiges éternelles semblent ventiler sur la ville. La côte orientale de la baie se termine au Cap Matifou

                     La ville moderne, développe tout à la fois en longueur, sur la zone plate de la côte, et en hauteur, sur la colline. " Il n'y a certainement pas plus d'un kilomètre entre le bord de l'eau et le pied de la colline contre laquelle les maisons s'élèvent en étages, expliquait le" guide Choflier ", en 1929, chacune cherchant à voir par-dessus la tête de sa voisine pour contempler un peu de l'horizon méditerranéen"

                       " L'envergure du golfe, écrivait Louis Bertrand, la courbe parfaite des rivages, la grandeur un peu théâtrale de cette ville en amphithéâtre comme en parade devant son miroir d'eau, tout cela compose un ensemble unique.

                     Théophile Gautier avait bien relevé la difficulté lorsqu'il s'exclamait : " Quel admirable horizon que la mer vue d'en haut !La peinture n'en a jamais donné l'idée. C'est trop grand et trop simple.

 

                                                Collines et vallons

 

                        Certains paysagistes de métiers, étonnés et comblés par cette terre tout en contrastes, se passionnèrent à représenter la végétation, qui embellissait les environs de la ville. Quelques personnages de façon presque insolite dans la nature majestueuse . Contre les teintes fauves des collines brûlées par le soleil, devant le bleu invariable du ciel et de la mer, se détachent les bosquets de pins émeraudes encombrés de roches rouges, les oliviers au gris bleuté, et ces plantes aussi nouvelles que magnifiquement graphiques, les agaves, les nopales, les palmiers nains.

                        

   

 

 

Francisque Noailly Alger 1896  / Huile sur toile / 120 x 80 cms

Francisque Noailly Alger 1896 / Huile sur toile / 120 x 80 cms

                                Clarté

 

L'aptitude d'Albert Marquet à simplifier le paysage traça une voie nouvelle. Il se promena avec son chevalet sur toutes les hauteurs d'Alger. Du balcon de Saint-Raphael à El biar , la baie s'offrait à son étendue vers l'est; en descendant du haut du chemin Laperlier, il plongeait sur le bassin d'Alger et sur " les falaises de maisons nouvelles " qui regardaient le port; depuis le Parc Gatliff, sur les frondaisons du Palais d'Eté 

 

 

 

Albert Marquet / Laperlier / Huile sur toile / 33 x 41 cms : 1939

Albert Marquet / Laperlier / Huile sur toile / 33 x 41 cms : 1939

                 De sa maison Montplaisant il  voyait les collines et les vallons précédant les immeubles de Bab-el-Oued et, toujours la mer dans le lointain. Sous la lumière de midi il dégageait les lignes essentielles , n'hésitait pas à prendre en premier plan les toîts de tuiles rouges , ou les grosses bâtisses cossues du quartier Laperlier. C'est lui encore, qui ouvrit les persièennes  de sa fenêtre sur la baie, un cyprès ou un vase de fleurs au premier plan, à l'instar de son ami Matisse à Tanger                                       

Léon Carré / Paysage de Bouzaréa, technique mixte sur carton / 36 x 48 cms

Léon Carré / Paysage de Bouzaréa, technique mixte sur carton / 36 x 48 cms

                           La génération des années 1930 confirma le besoin de recherches plastiques nouvelles et le désir de s'approprier le site au travers d'un regard créateur, afin de faire oeuvre personnelle et non plus pittoresque ou documentaire. Le goût général portait vers ce que l'on pouvait appeler " La manière claire ", la luminosité résultant des couleurs elles-mêmes et non d'un coup de projecteur artificiel.

                                 Etienne Chevalier imposa une vigueur bien particuliaire, qui l'amena à laisser les arbres tout en torsion contre des ciels nuageux ou des mers tour à tour argentées et vert de gris. Il sut lui aussi faire chanter le gris mauve des montagnes lointaines derrière des feuillages surprenants.

 

                                        Azouaou Mammeri restitua très justement la lumière méditerranéenne , en large plages de couleurs uniformes distribuées de manière à faire ressentir la force de la monture...

                         

Léon Carré / Sahel, matin de printemps / Huile sur carton /  36 x 44,5 cms

Léon Carré / Sahel, matin de printemps / Huile sur carton / 36 x 44,5 cms

Francis Harburger / Panorama de Sain-Raphael / juillet 1944 . Huile sur toile : 46 x 55 cms

Francis Harburger / Panorama de Sain-Raphael / juillet 1944 . Huile sur toile : 46 x 55 cms

Partager cet article

Repost 0

commentaires

manou 15/06/2016 08:18

Que c'est beau et comme cela me donne envie d'aller voir ces paysages. La lumière est particulièrement douce je trouve et tu me fais découvrir des peintres inconnus pour moi. Merci !

écureuil bleu 13/06/2016 19:55

Bonsoir Eglantine. J'aime bien les toiles d'Adrien Marquet, peintre qui a beaucoup peint aussi Bordeaux et le Bassin d'Arcachon. Bonne soirée

lemenuisiart 13/06/2016 18:59

J'aime beaucoup, c'est une découverte pour moi

Nell 13/06/2016 14:11

Que dire de ces toiles sinon qu'elles m'enchantent!!! Quelle luminosité, quelles couleurs, c'est magnifique. Des paysages qui m'inspirent. Très douce après-midi.

  • : le blog rymie
  •   le blog rymie
  • : Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je naime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Contact

  • Eglantine
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi
  • Voulez-vous partager avec moi des moments de passions ,d'émotions , en vous mettant en position de critiques ,j'aime je n'aime pas ,je trouve cela nul...Alors restez avec moi

Recherche

Articles Récents

  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Cliquez sur les photos ...c'est encore mieux ... Tasses chocolat avec soucoupes "Trembleuse" Fabrication Du Paquier, Vienne Porcelaine de Saxe 1735 Pot de chocolat/ Porcelaine de Saxe .1740 et Tabatière Ludwigsburg .1770 / Meissen Manuacture Tête...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Droguerie Belles boîtes de chocolat d'antan Les distributeurs de chocolat
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Balances de pesée portables avec des poids Leipzig Metal Début du 19ème siècle
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Fac-similé du Codex , Tro- Cortesiamus Madrid sur papier ficus Fac-similé est une copie de reproduction d'un vieux livre , manuscrit , dessin , oeuvre d'art ou autre éléments... Ce sont deux fragments de livres pliants d'une longueur de 7 mètres Le Codex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Tête d'un Olmèque Oaxaca, Mexique Métate en pierre époque Maya Mexique Pot en argile du Guatemala ,époque précolombienne Maya Pichet avec une anse représentant une figurine , en argile Equateur Sculpture d'un guerrier ou d'un danseur en argile Mex...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Joyeuses Pâques ! Profitez bien des petites fleurs et du beau soleil de printemps ! Monde des enfants " Le petit chaperon rouge et le loup / à gauche moule en métal Au centre le Pape François fabriqué par le confiseur Geog Maushagen
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Fontaine de chocolat La fontaine haute de trois mètres d'où jaillit un jet de chocolat liquide et chaud Le personnel du musée plonge les gaufres dans le chocolat chaud de la fontaine pour les offrir aux visiteurs Le must : c'est se faire confectionner...
  • Musée du chocolat Cologne Allemagne
    Conche chocolat / type Postranecki / 1920 Le conchage est un procédé d'affinage du chocolat par brassage à une température de 80 degrés Celsius . Il permet d'uniformiser le produit et d'y incorporer le beurre de cacao additionnel, ainsi que le sucre et...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    A l'étage où se trouvent les machines Machine d'emballage / Type Sapal / Typ PRM Lausanne / Année de production 1928 Cette machine servait à envelopper les pralines dans du papier d'argent . Elle effectuait 50 à 60 plis par minutes Le prix d'achat à cette...
  • Musée du chocolat de Cologne Allemagne
    Le musée dispose d'anciennes machines issues des premières productions du chocolat cliquez ici vous verrez mieux !!!